MaBoite.com

Le Podcast des Entrepreneurs Inspirants

#4 Eliette Vincent
cofondatrice de Cocolis

Eliette Vincent

"L'entrepreneuriat a toujours été là."

Durée : 1h19 minutes

🎧 Apple Podcasts
🎧 Spotify
Web & Autres
Cocolis est une application qui met en relation, sur le principe du co-voiturage, plus de 200 000 personnes qui voyagent et d’autres qui souhaitent expĂ©dier ou se faire expĂ©dier un objet, fragile ou de grande taille Ă  moindre coĂ»t.

Eliette Vincent nous parle de son parcours chez un site de vente privée, puis à La Redoute avant de créer Cocolis, il y a 5 ans, aprÚs avoir étudié le marché durant de longs mois.

Cocolis recrute en ce moment des chargés de relation client et business développeurs, écoutez et contactez Eliette si l'aventure vous passionne.

A bientĂŽt pour un prochain Ă©pisode et n'hĂ©sitez pas Ă  proposer des invitĂ©s ou indiquer des suggestions en commentaire ! 👍

Me contacter : LinkedIn ou Twitter

Écoutez gratuitement cet Ă©pisode sur votre plateforme favorite.


Episodes recommandés :

Quelques extraits de l'Ă©pisode d'Eliette Vincent

“Je n'avais pas d'argent, je n'avais pas les contacts. Ça me paraissait trĂšs compliquĂ©. Mais du coup, je pense que l'entrepreneuriat a toujours Ă©tĂ© quelque part lĂ . Et cette premiĂšre expĂ©rience professionnelle m'a permis de dĂ©bloquer un truc et de me dire je peux y aller.”

“Un service de livraison qui est moins cher, qui est plus pratique et qui a un bĂ©nĂ©fice Ă©cologique, donc c'est important pour nous. Pour nous, ce qui Ă©tait important, c'Ă©tait de trouver une idĂ©e qui soit vraiment utile, qui rĂ©solve un vrai problĂšme, que les gens hallucinent sur le niveau de satisfaction. C'est hyper bĂ©nĂ©fique, ils en parlent autour d'eux. Je pense que c'est aussi un effet boule de neige.”

“C'est venu d'un besoin que j'ai eu personnellement de vouloir acheter une commode sur LeBonCoin. J'en avais trouvĂ© une qui se trouvait Ă  Lille et moi, j'habitais Ă  Paris, donc j'avais trouvĂ© le modĂšle qui me plaisait bien. Le prix Ă©tait le bon. La vendeuse Ă©tait d'accord pour me la vendre. Sauf que faire venir une commode Ă  Paris quand on n'a pas le permis, comme c'Ă©tait le cas pour moi Ă  l'Ă©poque, c'est mission impossible.

Soit on passe par un transporteur et ça coĂ»te trĂšs cher. Mais du coup, on perd le bĂ©nĂ©fice d'acheter d'occasion. Soit on va aller le chercher soi-mĂȘme. Moi, je ne pouvais pas. Et du coup, c'est Ă  ce moment lĂ  que je me suis dit que ce problĂšme-lĂ  se posait Ă  moi, mais devait aussi se poser Ă  d'autres personnes. Et quand je me suis renseignĂ©e, j'ai vu qu'il existait pas vraiment de plateforme qui permettait de mettre en relation les gens alors que pourtant, Ă  ce moment lĂ , on parlait beaucoup de Blablacar, qui venait de faire une grosse levĂ©e de fonds en 2014 parce qu'il avait dĂ» lever. Je ne veux pas dire de bĂȘtises, mais je dirais 10 ou 20 millions d'euros et je me suis dit voilĂ , il y a plein de gens qui font des trajets partout en France, qui ont de la place sur les siĂšges, mais qui ont peut ĂȘtre de la place Ă©galement dans le coffre qui pourraient me transporter ma commode pour un montant modique. L'idĂ©e de Cocolis, c'est vraiment le nƓud d'un problĂšme personnel.”

“Mais il y a aussi Julien qui est le cofondateur et on a eu. Au mĂȘme moment, on a pu quitter nos entreprises dans lesquelles on Ă©tait et avec des compĂ©tences assez diffĂ©rentes. Et ça faisait, je pense ouais, depuis 2010, Ă  peu prĂšs qu'on avait eu une discussion un soir en se disant un jour, on lancera une boite et donc on avait plusieurs idĂ©es. En fait, on a creusĂ© chacune des idĂ©es un peu de la mĂȘme maniĂšre en regardant s'il y avait un potentiel de marchĂ©, est ce que ça existe dĂ©jĂ  en France, dans le monde? On s'est rapidement rendu compte qu'au dĂ©but, on se dit Bah gĂ©nial, on a une super idĂ©e personnelle. Tu parles. Il y avait 10 personnes sur le crĂ©neau. On a Ă©tudiĂ© les 10. On s'est rendu compte qu'en fait, on pouvait faire beaucoup mieux qu'eux pour diverses raisons et apporter notre expĂ©rience et nos compĂ©tences pour faire quelque chose de mieux.”

“En fait, on l'a voulu vraiment trĂšs simple. Au delĂ  de ça, un sujet qui Ă©tait hyper important pour nos clients, c'Ă©tait d'avoir une assurance. Parce que quand on confie un bien, mĂȘme si c'est un bien qui n'a pas une valeur, on est plutĂŽt sur des biens d'occasion. Donc ce n'est pas des biens qu'une grosse valeur marchande, mais parfois une valeur sentimentale aussi. Et quand on confie quelque chose Ă  quelqu'un qu'on ne connaĂźt pas, on a envie d'ĂȘtre sĂ»r que ça arrive en bon Ă©tat et que si ça arrive pas en bon Ă©tat, on puisse se retourner. Et donc, on a mis en place hyper rapidement, dĂšs mars 2016, un partenariat avec la Macif pour assurer tous les colis. Donc, en fait, dĂšs qu'on envoie un colis, le bien est assurĂ© jusqu'Ă  500 euros et tu peux Ă©galement souscrire une assurance supplĂ©mentaire si jamais le bien a une valeur jusqu'Ă  5000 euros. Et ça, c'est inclus dans l'essai inclus dans les frais de service.”

“Le bouche Ă  oreille fonctionne bien, mĂȘme si ce n'est pas facile Ă  mesurer. Et aprĂšs, je pense qu'on envisagerait de faire d'autres choses au fur et Ă  mesure. Maintenant, c'est ce qu'on a identifiĂ©, c'est de se faire connaĂźtre auprĂšs de brocanteurs, auprĂšs de commerçants. Ça peut ĂȘtre aussi une maniĂšre de d'accĂ©lĂ©rer l'activitĂ© parce que c'est des personnes qui ont besoin d'envoyer des objets de maniĂšre plus rĂ©currente qu'un particulier. C'est lĂ  dessus que l'on va vraiment axer notre croissance.”

“Globalement, je pense qu'on a. On a quand mĂȘme plutĂŽt eu de la chance parce qu'on a toujours Ă©tĂ© assez soutenu, assez reconnu aussi. Et globalement, dans notre rĂ©seau, il y a Ă©normĂ©ment de gens qui nous ont aidĂ©s, que ce soit pour des sujets divers et variĂ©s, mais gĂ©nĂ©ralement, quand on pose une question Ă  quelqu'un qui nous aide et qui nous rĂ©pond aprĂšs, aprĂšs, je pense que si on avait eu un peu plus d'argent, ça nous aurait permis d'aller un peu plus vite aussi. Mais d'un autre cĂŽtĂ©, ce qu'on se dit aussi parfois, c'est que si on avait plus d'argent, on l'aurait pas forcĂ©ment bien dĂ©pensĂ©.”

(Transcription automatique réalisée par Botnation.)
Abonnez-vous gratuitement au podcast sur votre plateforme d'Ă©coute favorite.
N'oubliez pas de le noter 5 ⭐ et de laisser un commentaire positif 💬, c'est important pour sa bonne diffusion. Merci d'avance 🙏.
Ce podcast est supporté par BOTNATION. Plateforme française de création de chatbot sans programmation. #NoCode
Créer un Chatbot

À propos - Les InvitĂ©s - Entrepreneures - Entreprises - Blog

© 2020-2021 - MaBoite.com, Emmanuel Françoise.